NL / FR / EN

<Overview

Lieu: Harelbeke
Discipline: Génie civil et infrastructures, Génie hydraulique
Période: 2011 - 2020

Réaménagement de la Lys et de l’écluse à Harelbeke

Leieleute, ouverture officielle du projet

Janvier 2020

Échelle à poissons finie

Novembre 2019

Ouverture officielle de la nouvelle écluse-barrage, début de la démolition de l’écluse temporaire.

Mars 2018

Mise en service de l’écluse-barrage temporaire

Juillet 2016

Montage Hogebrug

Janvier 2016

Mise en service du barrage temporaire

Aôut 2015

Début des travaux préparatoires sur le chantier

Janvier 2015

Introduction du dossier de demande d’urbanisme

Décembre 2013

Attribution à TVH Leieland

Avril 2013

Début de l’étude de la phase de soumission D&B.

Janvier 2011

Afin de rendre le tronçon Seine-Escaut navigable pour les navires jusqu’à 4 500 tonnes, il fallait approfondir la Lys à Harelbeke. Pour que le site aquatique résiste à l’épreuve du futur, il fallait construire un nouveau complexe d’écluse et de barrage, construire trois nouveaux ponts (deux fixes et un mobile), des défenses de rive, des murs de quai, une protection du fond et réaménager l’environnement direct.

Remplacement de l’écluse et du barrage

Une des parties les plus intrusives et spectaculaires des activités à Harelbeke est le remplacement de l’écluse et du barrage. L’écluse a été portée à une longueur de 230 m, une largeur de 12,5 m et une profondeur de 4,7 m. Le barrage et ses deux turbines sont installés à côté de l’écluse et alimentent cette dernière en électricité pendant toute l’année.

Cela permet, entre autres, d’actionner les portes intermédiaires, qui permettent d’ouvrir seulement une partie du sas pour laisser passer les petits bateaux et les libérer ainsi plus rapidement. Une écluse et un barrage temporaires ont été construits pour que la Lys reste navigable pendant les travaux et éviter les inondations.

Activités sur les ponts

Une extension de la voie navigable pour les grands navires nécessite également une adaptation des ponts qui la traversent à une hauteur libre d’au moins 7 mètres (sur une largeur de 35 mètres). C’est ainsi que le Hogebrug a été adapté à cette norme. En outre, ce dernier a été élargi d’une vie de sécurité pour les usagers faibles de la route. À côté du Hogebrug, le pont Banmolen, un pont routier fixe en direction des moulins fleuris, a également été pris en main. Un troisième pont, le Bloemmolensburg, a été construit comme pont mobile pour cyclistes.

Aménagement de la Moleneiland avec passage pour les poissons

A ce stade, l’accent était principalement mis sur les habitants aquatiques de la Lys. Dans le cadre du projet « Restauration de la rivière », le potentiel écologique de la rivière qui était canalisé depuis des années, a été adapté et maximisé.

Dans la mesure du possible, les berges ont été protégées, les méandres « morts » ont été reconnectés et des conditions favorables à la migration des poissons ont été rétablies.

Réaménagement des environs immédiats

Pas de travail à moitié fait pour la Seine-Escaut Flandre. Les travaux sur la voie navigable ont été l’occasion de renouveler et de remettre en état les routes de liaison et les égouts. L’attention portée aux usagers faibles de la route et l’intégration des zones vertes étaient au centre de cette démarche.

Les tâches de SBE

  • Rédaction des notes de calcul pour les constructions temporaires et les constructions définitives
  • L’étude nautique
  • L’établissement des plans nécessaires
  • La participation aux réunions de concertation