NL / FR / EN

<Overview

Lieu: Sint-Niklaas
Discipline: Génie civil et infrastructures, Urbanisme & Conception
Période: 2017 - ...

Pont pour cyclistes Vijfstraten

Note de responsabilité unique approuvée par le CMR

Janvier 2019

Début de l’étude

Octobre 2017

Partout en Flandre, les investissements dans les nouvelles autoroutes pour vélo sont énergiques. Pour l’aménagement de l’autoroute pour vélo F4 entre Gand et Anvers, le trajet actuel présentait une situation d’insécurité à hauteur de Sint-Niklaas pour l’usager faible de la route. Pour cette raison, l’itinéraire a été adapté pour qu’il soit parallèle à la ligne ferroviaire, avec un croisement dénivelé à hauteur de Vijfstraten et un croisement de niveau à hauteur de la Nieuwe Molenstraat. SBE a été choisie grâce à son approche intégrée pour assumer l’étude de conception totale dans ce dossier.

L’itinéraire proposé est une liaison presque droite, en surface, qui garantit un confort optimal pour le cycliste. Différentes variantes ont été élaborées en tenant compte de ce confort à vélo, mais aussi de la fluidité du trafic, de la sécurité à vélo, de l’impact spatial, de la lisibilité et du délai/faisabilité.

Dans la conception du pont pour cyclistes, une construction élégante et élancée a été recherchée, qui permet de franchir une portée de 93 mètres dans un mouvement fluide et confortable. C’est ici que la conception architecturale et la conception technique vont de pair. Le pont d’acier est conçu comme un profilé en U unique avec une section transversale continue. Tout élément architectural est intégré pour être une plus-value au niveau de la stabilité technique. Par exemple, les parapets sont perforés de manière décorative ou découpés au laser, en tenant compte des forces en présence. Afin d’obtenir l’élancement souhaité et de maximiser la hauteur libre sous le pont, un élégant pilier est prévu après la travée de 60 m sur le Vijfstraten.

L’itinéraire se situe dans un tissu urbain dense à côté d’un talus ferroviaire. Dans la mesure du possible, un talus naturel est donc aménagé, recouvert de plantes locales de type buisson de moyenne hauteur, qui peuvent servir de veine verte entre le paysage autrement dur. Ce n’est que dans les endroits où cela n’est pas possible ou souhaitable en raison du manque de place que le remblai naturel sera remplacé par une structure de soutènement des terres. Cette structure de soutènement des terres sera élaborée comme un élément vert basé sur un terrain armé avec des géogrilles et des géocellules. Cela a différents avantages. Le plus évident est de continuer la ligne de talus verts dans ces structures de soutènement, de sorte que pour les parcelles voisines, il y ait une continuation du paysage. Il n’y a pas non plus de risque d’endommager le mur de soutènement existant à cause des vibrations pendant la construction. Les contrôles nécessaires seront effectués en accord avec Infrabel pendant les travaux pour contrôler les éventuels tassements de la voie.